Né à Onex, dans le canton de Genève, le dessinateur Zep reste très attaché à sa région. Il vient ainsi d’inaugurer une statue représentant son héros, Titeuf, dans la cour de l’école Jacques-Dalphin, située en face de son ancien atelier. C’est en observant les enfants jouer que l’idée de Titeuf a fini par germer – Philippe Chappuis, alias Zep, n’a que 24 ans et Titeuf une grande carrière devant lui.

Rendez-vous de la BD d'Amiens 2018
ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

Après 25 millions d’exemplaires vendus à travers le monde, des produits dérivés à foison, des séries, des expositions ou des jeux vidéo, le personnage est devenu une super star. Et la statue de bronze, mesurant 140 cm pour 100 kg, vient consacrer définitivement cette belle histoire.

 

La statue est l’œuvre de Catherine Mauron-Vallotton et en parallèle, une exposition consacrée au monde de Titeuf sera proposée du 7 juin au 25 août, aux Halles de la Fonderie, à Carouge.
 

 

 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Inauguration de la statue de Titeuf, dans le préau de l’école Jacques-Dalphin, à Carouge. Ambiance concert des Beatles!!! Avec Catherine Mauron, la sculptrice… #villedecarouge #dailytiteuf #glenat #cestpôjuste #bronze

Une publication partagée par Zep (@zep_official) le

 

Les sujets abordés dans les albums vont de l’écologie à l’immigration, sans oublier le sexe ou le harcèlement. Or, sur ce point, et depuis maintenant deux ans, le dessinateur s’est également engagé dans la lutte contre les agressions sexuelles, par l’intermédiaire de ses personnages. Car, pour Zep, il est essentiel de pouvoir aborder tous les sujets avec les enfants, plutôt que de les cacher : « Il vaut mieux en parler, en rire, ne surtout pas en faire des tabous. Le tabou, c’est l’invention des adultes qui ont peur de l’intelligence des enfants. »
 

En 2016, un premier dessin, peut-être trop humoristique, mettait en scène un agresseur qui se faisait prendre les doigts dans une tapette à souris — après avoir tenté de mettre la main sous la jupe d’une fillette.

Deux ans plus tard, c’était Titeuf qui cette fois ne laissait aucune place à l’humour, pour clamer : « Touche pô à mon zizi » ! Et l’agresseur, penaud et mort de honte, prenait la poudre d’escampette.

 

 

 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 

#Repost @nicolasgary | Dans les transports de Genève la campagne démarrée en 2016 de @zep_official avec @titeuf_officiel_ pour dénoncer les agressions sexuelles #geneve #agressionsexuelle @transport_geneve @Glenatbd #tpg #transports #bus #tram #titeuf

Une publication partagée par ActuaLitté (@actualitte) le

 

Ces deux campagnes continuent de tourner dans les transports de la ville de Genève, bus et tram. « Dans mes albums, la pédophilie, les agressions sur le net font partie de l’univers de Titeuf. Si l’information est trop allégorique, les enfants ne savent pas de quoi on parle. Et je ne crois pas qu’il faille être dramatique. Dire à des enfants que leur vie va être détruite est terrible. Ils ont une force de résilience incroyable. Plus tôt ils sont pris en charge, plus vite ils se remettront », indiquait alors le dessinateur à la Tribune de Genève.