Les enchères qui se sont tenues ces 8 et 9 juin à Dallas, organisées par la société Heritage Auctions ont conduit à un petit miracle. En effet, l’illustration originale de l’album Tintin au pays des Soviets a été remportée pour 1,125 million $.

 

Cette couverture réalisée à l’encre de Chine sur papier avec retouches à la gouache fut réalisée le 13 février 1930. Quelques semaines plus tôt, Le Petit Vingtième où paraissait les planches de Tintin, décidait de passer de huit à seize pages.
 

Tintin, pour la première fois super-star

Pour le numéro du 13 février, Tintin se retrouve ainsi sur la couverture, une première dans la carrière du jeune reporter — mais également pour un magazine, qui décidait de mettre ainsi Tintin en valeur. 

La scène choisie par Hergé se réfère à la cinquante-septième double page du récit, et montre le héros occupé, sous le regard de Milou, à tailler au canif dans un tronc d’arbre une hélice de fortune pour son avion. Cette composition est remarquable à plus d’un titre. D’abord parce que Hergé n’a pas voulu se contenter d’agrandir une des cases de son récit dont il aurait supprimé les dialogues : il fait ici œuvre d’illustrateur, composant l’image avec soin et détaillant avec attention chaque partie. 

2,599 millions € pour Tintin à la montagne
 

Ensuite parce que, comme l’aurait fait un peintre, il veille à animer toute la surface, n’y laissant pratiquement aucun vide : le ciel est « meublé » par l’aile de l’avion, et le sol par des copeaux de bois. L’élégance est partout présente : dans les formes des copeaux, dans les plis souples du cuir de la veste, dans celui des bottes, dans l’apparition d’une peau de mouton sur le col et les gants du héros… 

Aux stries de la souche sur laquelle Tintin est assis répondent les lignes du bandage de Milou. À l’herbe qu’on distingue près de la roue de l’avion répondent les maigres sapins qui apparaissent à l’horizon.
 

Heritage Auctions, marchand d’arts…

Rappelons que le mois dernier, toujours chez Heritage Auctions, c’est la couverture originale du numéro #23 de Eerie, réalisée par Frank Franzetta, qui avait battu tous les records historiques — y compris ceux détenus par les œuvres de Hergé.


 

Réalisé en 1969, le dessin de la Reine égyptienne avait été remporté pour 5,4 millions $ lors d’une vente organisée à Chicago. L’illustration avait été spécifiquement commandée pour le numéro — et a battu largement le dernier record pour un dessin de Franzetta, réalisé en mai 2018. C’était alors pur 1,79 million $ que le Death Deler #6, daté de 1990 devenait l’une des meilleures ventes de Heritage Auctions.