Alors que Marvel et DC Comics ouvrent leurs propres services de streaming, Netflix part à la recherche de licences issues de bandes dessinées pour remplacer tous ces super-héros sur le départ. Après le succès de The Umbrella Academy, la plateforme de streaming a conclu un accord avec la maison d’édition Dark Horse, lequel lui donne un droit de préemption sur le catalogue de l’éditeur.

45 millions de vues dans le monde entier : c’est le bilan approximatif de la série The Umbrella Academy, diffusée depuis le 15 février dernier sur Netflix. Réunissant Ellen Page, Tom Hopper, Emmy Raver-Lampman, David Castañeda ou encore Robert Sheehan au casting, la série est adaptée des bandes dessinées de Gerard Way et Gabriel Bá, publiées par Dark Horse Comics.

Au vu de ce succès, Netflix a commandé une saison 2, bien sûr, mais ne veut pas voir un concurrent s’emparer d’une autre licence porteuse de Dark Horse Comics. Aussi, la plateforme s’est-elle assuré un droit de préemption sur le catalogue de la maison d’édition, ce qui lui donne l’avantage d’un « premier regard » sur les œuvres, et donc la possibilité de s’en réserver les droits d’adaptation.

Outre The Umbrella Academy, Netflix et Dark Horse se sont déjà retrouvés autour du projet Polar, adapté du webcomic de Victor Santos, ensuite publié par Dark Horse.

« Les équipes Netflix travaillent déjà de manière rapprochée avec Dark Horse afin d’identifier les projets au-delà du monde des super-héros — du côté de l’horreur, de la fantasy ou même des séries plus familiales — qui pourraient plaire à nos utilisateurs », explique Cindy Holland, vice-présidente des contenus originaux pour Netflix, dans un communiqué diffusé par Dark Horse.
 

Finalement, Rob Liefeld ne travaillera
pas avec Netflix

Depuis la mise en place d’une stratégie maison pour le streaming chez Disney, qui a provoqué le départ des séries Marvel de Netflix, la plateforme cherche à développer ses productions maison autour de licences de bandes dessinées. Cela passe par des partenariats avec d’autres maisons d’édition, comme Dark Horse, mais aussi par l’achat direct de licences, comme le rachat de Millarworld, le catalogue des œuvres de Mark Millar, le créateur de Kingsman.

À l’occasion du partneriat avec ce dernier, Netflix s’est fait éditeur pour publier des BDs cosignées par Mark Millar.